La fiscalité avantageuse des voitures de société dans notre pays est souvent pointée du doigt. Quand ce n’est pas l’OCDE qui estime que cet avantage est un peu trop généreux, voilà que ce sont les partis écologistes qui s’y mettent. Ecolo et Groen, qui rappelons-le, forment la première famille politique du pays selon les derniers sondages, souhaitent voir ce système aboli.

C’est dans les colonnes de la DH que le député Ecolo Gilles Vanden Burre a fait l’annonce suivante : « il n’est pas normal que dans ce pays, l’Etat subventionne les embouteillages et le carburant. Nous défendons avec Ecolo-Groen, la sortie du système de voiture-salaire. »

Ecolo estime donc encore que la voiture de société est seule responsable des embouteillages au sein de notre pays.

Selon Ecolo, ce système coûterait de 3,5 à 4 milliards d’euros par an à l’Etat belge. Un chiffre qu’il faut nuancer puisque l’ex-ministre des Finances, Johan Van Overtveldt parlait de son côté de 2 milliards.

 

« Réinvestir dans le train »

Le député propose que le gain financier qui serait tiré de la suppression de cet avantage serait incorporé dans un « shift alternatif écologiste et global. Nous avons besoin d’un parc mobilité multimodal avec des voitures de location, du vélo, du train, du tram, etc. Nous devons aussi réinvestir dans le train », termine-t-il.

Il y a quelques jours, la N-VA, par l’entremise de Bart de Wever, avait déjà réagi à une annonce de Groen qui allait dans le même sens lors d’un débat télévisé organisé par HLN et VTM. « Ce que Groen dit, c’est que nous devons supprimer les voitures-salaire et les remplacer par un budget de mobilité accessible à tous les employés. Des centaines de milliers de personnes perdraient alors des centaines d’euros par mois. Nous sommes contre cette idée », avait indiqué l’homme fort de la N-VA.